Baltimore, 1943 : L’autisme, un trouble à part entière

C’est Eugen Bleuler qui, en 1908, tout en inventant le terme de schizophrénie, forge celui d’autisme (du grec autos, soi-même) pour en qualifier un symptôme. Le repli sur soi représenterait un effet collatéral de la schizophrénie, un des symptômes secondaires résultant de la désorganisation de la pensée. Il faut attendre 1943 et les observations du pédopsychiatre Leo Kanner (1894-1981), à l’université Johns-Hopkins, pour que l’autisme soit considéré comme une maladie en soi. Il s’agirait d’un trouble peut-être congénital, en tout cas déclenché ou accompagné par une « mère frigidaire ». Kanner se mordra les doigts d’avoir incriminé les parents, mais trop tard…

A lire

Jacques Hochmann. Histoire de l’autisme : De l’enfant sauvage aux troubles envahissants du développement
Laurent Mottron. L’intervention précoce pour enfants autistes. Nouveaux principes pour soutenir une autre intelligence