Bicêtre, le 18 avril 1861 : Broca siffle le coup d’envoi de la neuropsychologie

6137125M. Leborgne sent que ses jours sont comptés. Il devient difficile de s’entretenir avec lui, puisqu’il n’est plus capable de prononcer que la syllabe « tan, tan ». Ce qui lui vaut son surnom de M. Tan, ou Tan-Tan, auprès du personnel de l’hôpital. Le médecin Paul Broca (1824-1880) le rencontre avec grand intérêt. Quelques jours plus tôt, il avouait se languir d’une opportunité clinique qui permettrait la localisation cérébrale précise d’une grande fonction humaine comme le langage. Et voici M. Tan-Tan ! Qui meurt moins d’une semaine plus tard. Lors de son autopsie, Broca constate une lésion massive au pied de la troisième circonvolution du lobe frontal gauche (que l’on appelle aujourd’hui l’aire de Broca), et en fait le siège probable du langage articulé. Mais l’histoire va se compliquer…

A lire
Paul Monod-Broca. Paul Broca : Un géant du XIXe siècle
Hugues Duffau. L’erreur de Broca