Johannesburg, 1958 : Le comportementalisme se fait thérapeutique

Après le petit Albert, le petit Peter. Souvenez-vous, le premier avait été conditionné par Watson en laboratoire pour éprouver une phobie. Le second, en 1924, connaît un sort plus enviable : Mary Cover Jones (1896-1987), ancienne étudiante de Watson, parvient à le déconditionner de sa peur des lapins. L’expérience sombre momentanément dans l’oubli, mais porte en germe les futures thérapies comportementales, dont la thérapie par inhibition réciproque ou la désensibilisation systématique préconisées à partir de 1958 par Joseph Wolpe (1915-1997).

A lire
Jérôme Palazzolo. Les Thérapies cognitives et comportementales
Albert Bandura. Auto-efficacité : Le sentiment d’efficacité personnelle