Leipzig, le 22 octobre 1850 : Première loi de psychologie scientifique (et on n’y comprend rien)

220px-gustav_fechnerE = MC2, mais S = k x log(I)… Gustav Theodor Fechner (1801-1887) est un de ces personnages fantasques dont l’histoire de la psychologie a le secret. Il estime que le monde baigne dans une force vitale irrépressible, l’équivalent de l’électricité dans le monde physique. D’ailleurs matière et esprit ne s’opposent pas, ce qui ouvre la voie à une discipline qu’il appellera la psychophysique et qui en fait l’un des pionniers de la psychologie scientifique. Mais ce n’est pas ce qui montait à la tête de cet explorateur prolifique : pour lui, son apport principal à l’humanité était d’avoir soutenu que tout, absolument tout ce qui existe, est pourvu d’une âme ! Qu’on se le dise.

Les contradictions apparentes dans la personnalité de Fechner ne sont pas si surprenantes, et reflètent parfaitement le XIXe siècle allemand. Dans un tel bouillon de culture germanophone, aucun doute : les trois coups sont frappés, le rideau peut s’ouvrir sur la psychanalyse.

A lire
Henri F. Ellenberger. Histoire de la découverte de l’inconscient
Jean-François Braunstein et Evelyne Pewzner. Histoire de la psychologie