Londres, 1941 : Les Grandes Controverses

Anna Freud (1895-1982), dès les années 1920, conteste la pertinence de l’analyse pour les enfants : leur immaturité, à commencer par celle du langage, lui paraît un obstacle au transfert. En revanche, cette ancienne institutrice juge possible des applications pédagogiques. Melanie Klein (1882-1960) incarne les thèses opposées. Elle assure qu’une thérapie psychanalytique peut se faire grâce au jeu. C’est lui qui peut révéler l’inconscient sans recourir au langage, et constituer l’équivalent de la méthode des associations libres. Quand les deux femmes se retrouvent à Londres, les débats ne sont plus seulement épistolaires et gagnent en intensité.

A lire
Claudine et Pierre Geissman. Histoire de la psychanalyse de l’enfant : Mouvements, idées, perspectives
Pearl King et Ricardo Steiner. The Freud-Klein Controversies 1941-45