Londres, 1952 : Une psychothérapie, est-ce bien raisonnable ?

Coup de tonnerre : un tiers des patients se porte mieux après une psychothérapie. Un tiers stagne. Le dernier tiers va plus mal ! Question qui fâche : à quoi sert une psychothérapie ? C’est Hans Eysenck (1916-1997), fondateur de l’Institut de psychiatrie à l’université de Londres, qui la pose à l’issue d’une vaste analyse qui n’a jamais cessé être controversée. Or la psychothérapie par excellence, à l’époque, c’est la psychanalyse. Si elle conserve son hégémonie médiatique, si elle reste populaire parmi les artistes, plusieurs psys commencent à s’en détourner pour prendre en marche le train des thérapies humanistes, puis comportementales et cognitives. Aujourd’hui encore l’efficacité des psychothérapies pose toujours les mêmes débats.

A lire
Jean-Michel Thurin, Monique Thurin. Évaluer les psychothérapies – Méthodes et pratiques