Londres, 1960 : Antipsychiatrie, la société rend fou

En 1961 paraissent coup sur coup Histoire de la folie à l’âge classique, de Michel Foucault, ainsi que Le Mythe de la maladie mentale, du psychiatre Thomas Szasz, selon lequel la maladie mentale est une pure invention, ou encore Asiles, où le sociologue Erving Goffman explique comment un sujet interné se trouve d’emblée « disqualifié », voué à une « carrière de malade ». Du côté de Londres, Aaron Esterson (1923-1999), Ronald Laing (1927-1989), et David Cooper (1931-1986), affirment que la folie constitue un phénomène purement social, que la normalité est sa chienne de garde et que la psychiatrie se veut une machine à éliminer l’originalité.

A lire
David Cooper. Psychiatrie et anti-psychiatrie
Jacques Hochmann. Les Antipsychiatries : une histoire