Montréal, 1928 : Wilder Penfield fonde l’Institut neurologique

Durant des centaines d’opérations menées pendant plus de vingt ans, le neurochirurgien Wilder Penfield (1891-1976) va observer les réactions de ses patients pour cartographier le cortex. La stimulation cérébrale donne parfois des réactions totalement inattendues : fous rires et autres émotions exacerbées, sentiment de déjà-vu, expérience mystique, hallucinations, et même, apparemment, des réminiscences de scènes réellement vécues. Les plus célèbres de ses explorations sont celles du cortex moteur et du cortex somesthétique, là où nous analysons les informations parvenant dans notre corps. Si nous reproduisons un être humain proportionnellement à ses récepteurs sensoriels, nous obtenons un être difforme, l’homoncule de Penfield.

A lire
Jean-Pierre Ternaux, François Clarac. Du neurone aux neurosciences cognitives : Fondements, histoire et enjeux des recherches sur le cerveau
Patrick Davous. Le nouveau totem : Petites chroniques du cerveau