Montréal, 1950 : L’astreinte du triste stress

L’endocrinologue Hans Selye (1907-1982) constate que ses malheureux rats de laboratoire développent des symptômes de mal-être suite à certaines lésions, comme il le décrit dans La Physiologie et la pathologie de l’exposition au stress (1950), quatorze ans après avoir inventé le terme. Nous sommes confrontés à plusieurs types de stresseurs dus à des conditions environnementales (des sons, des odeurs..), à des menaces physiques pour l’organisme (une blessure…), mais aussi à des problèmes purement psychologiques. Dans son modèle du syndrome d’adaptation généralisée, Selye décrit ces effets du stress massif permanent, et les réactions en chaîne physiques et psychologiques consécutives.

A lire
Laurent Guillet. Le stress
Jean-Benjamin Stora. Le stress