Montréal, 1954 : Le circuit de la récompense

James Olds et Peter Milner, de l’université McGill à Montréal, implantent une électrode dans le cerveau d’un rat mais l’installent fortuitement dans l’hypothalamus, qui constitue une étape dans un long circuit producteur de dopamine. Si les rats peuvent activer tout seuls ce circuit en appuyant sur une pédale, ils préféreront la presser plusieurs milliers de fois par heure pour recevoir leurs stimulations, et s’épuiser, mourir, plutôt que renoncer à un tel plaisir. Chez l’humain, tous les plaisirs, y compris sexuels ou esthétiques, impliquent ce circuit. Les paradis artificiels miment l’action des neurotransmetteurs impliqués dans la délivrance de la récompense, modifiant nos seuils de satisfaction : il en faut toujours plus pour obtenir un même niveau de plaisir ou de soulagement, ce qui constitue un processus addictif.

A lire
Marc Valleur, Jean-Claude Matysiak. Les addictions – Panorama clinique, modèles explicatifs, débat social et prise en charge
Isabelle Varescon (Dir.). Les addictions comportementales: Aspects cliniques et psychopathologiques