New York, 1974 : L’apparition du burn-out

Eh oui. Le burn-out paraît tout jeune, mais c’est un fringant quadragénaire. Le psychologue Herbert Freudenberger (1926-1999) emploie le terme dans un article consacré à l’épuisement professionnel. Avoir un burn-out c’est se consumer à petit feu au travail, imploser. C’est surtout à partir de 1981 que l’intérêt grandit, lors de recherches signées par deux psychologues, Susan Jackson et Christina Maslach. Le problème du burn-out est que non seulement aucun modèle réellement consensuel ne s’est imposé, mais qu’il existe de surcroît plusieurs dizaines de définitions du syndrome, dont près de 130 manifestations possibles ont été répertoriées, apparaissant différemment selon les sujets et les situations.

A lire
Abdel Halim Boudoukha. Burn-out et stress post-traumatique
Philippe Zawieja, Franck Guarnieri (Dir.). Dictionnaire des risques psychosociaux