Paris, 1882 : Charcot décrit « la grande hystérie »

charcotEn 1878, l’illustre neurologue Jean Martin Charcot (1825-1893) utilise l’hypnose avec les hystériques. En 1882, l’année même où il inaugure la première chaire au monde de clinique des maladies nerveuses, il la réhabilite lors d’une communication à l’Académie des sciences. Numéros de clowns et tours de chant, cafés-concerts, théâtre, romans, grouillent d’allusions plus ou moins explicites à l’épilepsie et l’hystérie. Mais aussi à l’hypnose… La Salpêtrière tourne au cirque. A l’hiver 1885-1886, alors qu’il vient d’être nommé président de la Société de psychologie physiologique, Charcot compte parmi ses stagiaires un dénommé Sigmund Freud.

A lire
Rae Beth Gordon. De Charcot à Charlot : Mises en scène du corps pathologique
Catherine Bouchara. Charcot : Une vie avec l’image