Paris, le 30 juin 1838 : La loi des aliénés est promulguée

EsquirolEn 1818 Jean-Etienne-Dominique Esquirol (1772-1840) remet un rapport au ministre de l’Intérieur, intitulé « Des établissements consacrés aux aliénés en France, et des moyens de les améliorer ». Ce qu’il a vu dans les asiles (un terme qu’il va contribuer à imposer) l’a révulsé. Il va alors lutter pendant 20 ans pour que l’État prenne en charge dignement la situation. Voilà qui met officiellement de l’ordre, mais qui, dès le début, n’est pas du goût de tout le monde. Déjà éclatent tous les reproches dont on accusera encore la psychiatrie au XXe siècle : on soupçonne les aliénistes de vouloir surveiller et uniformiser la société, d’interner des innocents parfois gênants ou parfois non, et de laisser courir d’authentiques fous dangereux…

A lire
Juan Rigoli. Lire le délire
Yannick Ripa. L’affaire Rouy : Une femme contre l’asile au XIXe siècle