Parme, 1992 : Les neurones miroirs

Il ne l’a pas fait exprès, mais Giacomo Rizzolatti (1937- ), de l’université de Parme, a effectué l’une des découvertes les plus retentissantes de l’histoire des neurosciences. Il a bardé d’électrodes le cerveau d’un macaque pour en étudier le cortex moteur, quand soudain, l’ordinateur signale la décharge de neurones moteurs… alors que le singe n’a pas bougé. Après plusieurs anomalies de ce genre, Rizzolatti tient l’explication : certains neurones s’activent quand le singe se livre à certains gestes… ou quand il voit l’un de ses congénères, ou même un humain, les accomplir. La présence de tels neurones miroirs chez l’humain sera confirmée. En d’autres termes, ce que nous observons chez autrui est mimé par notre cerveau, comme si nous l’expérimentions personnellement.

A lire
Giacomo Rizzolatti, Corrado Sinagaglia. Les Neurones miroirs
Vilayanur Ramachandran. Le cerveau fait de l’esprit – Enquête sur les neurones miroirs