Phoenix, 1957 : L’hypnose regagne des galons

Milton Erickson (1901-1980) conçoit l’hypnose comme un état modifié de conscience permettant d’anesthésier notre sens critique, d’oublier ce qui est possible ou pas, d’étouffer nos croyances, pour laisser surgir quelque chose d’inattendu, se laisser surprendre par une hallucination que nous serons libres d’interpréter et dont nous pourrons nous inspirer. Dans le sillage des thérapies humanistes, et fort de son histoire personnelle, il témoigne d’une confiance absolue dans l’être humain et dans les ressources de chaque patient. Son inconscient à lui n’est pas le réservoir à pulsions immorales ou violences refoulées de la psychanalyse, mais une sorte d’ange gardien qui nous veut du bien.

A lire
Milton Erickson. Ma voix t’accompagnera, Milton H. Erickson raconte
Jay Haley. Un thérapeute hors du commun : Milton H. Erickson