Stanford, le 14 août 1971 : La prison expérimentale

Après celle de Milgram, c’est l’autre grande expérience sulfureuse de la psychologie sociale, et même de la psychologie tout court. Avec Philip Zimbardo (1933- ), il ne s’agit pas d’observer jusqu’où quelqu’un peut aller par soumission à une autorité, mais ce dont il est capable pour peu qu’il l’incarne lui-même. Le voici qui transforme les sous-sols du département de psychologie de Stanford, déserts en plein été, en prison. Des étudiants sont tirés au sort pour incarner des gardes ou des détenus contre rémunération. Les prisonniers sont arrêtés chez eux, menottés, fouillés, déshabillés, entravés par une chaîne à la cheville, affublés d’une tunique, et d’un bas en guise de couvre-chef. Leurs gardiens, vêtus de tenues militaires et nantis de lunettes noires et d’une matraque, ont spontanément voulu les uniformiser et les féminiser. L’expérience durera six jours au lieu des deux semaines prévues.

A lire
Laurent Bègue. Psychologie du bien et du mal
Patrick Clervoy. L’effet Lucifer : Du décrochage du sens moral à l’épidémie du mal