Axelle Huber – Si je ne peux plus marcher, je courrai !

Selon ses propres termes, Axelle Huber vivait « un bonheur insolent » avec son mari Léonard et leurs quatre enfants. Jusqu’au coup de tonnerre de la sclérose latérale amyotrophique, la  maladie dont souffrait Stephen Hawking, qui vint se révéler chez Léonard. Bientôt il ne pourrait plus marcher, ni manger, ni parler, ni respirer seul. Dans son livre paru chez Mame Si je ne peux plus marcher, je courrai !, d’après une phrase fétiche de Léonard, Axelle raconte comment elle a accompagné son mari au fil de son déclin physique, jusqu’à la mort. Un long cheminement où la douleur, la tristesse mais aussi la joie ont dispensé des leçons de vie.