Hervé Guillemain – Schizophrènes au XXe siècle

C’est le 24 avril 1908, lors d’un congrès, que le psychiatre suisse Eugen Bleuler proposa le terme de « schizophrénie » pour remplacer celui de « démence précoce ». Le concept, accusé de divers maux, n’a pas cessé de provoquer des débats violents, toujours en cours aujourd’hui. Dans Schizophrènes au XXe siècle. Des effets secondaires de l’histoire (Alma Editeur), l’historien Hervé Guillemain, maître de conférence à l’université du Maine, analyse les dossiers de milliers de patients : il y remarque que la schizophrénie a parfois eu bon dos pour étiqueter et neutraliser des individus gênants, qu’il s’agisse de femmes trop émancipées, de jeunes gens turbulents ou d’immigrés. L’histoire nous enseigne ainsi que la médecine n’évolue pas dans sa bulle scientifique mais doit aussi composer avec la politique et la société de son temps.