Jean-Didier Vincent – Biologie du pouvoir

Le pouvoir a mille facettes, mais qu’on le recherche, qu’on le redoute ou qu’on le savoure, et qu’il soit exercé par l’être aimé, par un leader, par un petit chef, ou par une foule sur une victime à sa merci, il relève des usages culturels comme de nos hormones, de nos gènes, de nos circuits cérébraux. Neurobiologiste et neuropsychiatre, membre de l’Académie des sciences et de l’Académie de médecine, professeur émérite à l’université Paris-Sud et ancien directeur de l’Institut Alfred-Fessard du CNRS, Jean-Didier Vincent explore dans Biologie du pouvoir (Odile Jacob) les mécanismes de la domination en vigueur dans les espèces animales en général, et la complexité des jeux d’influence et de soumission chez la nôtre en particulier.