Vienne, 1907 : Le complexe d’infériorité selon Adler

Ce qui motive le comportement humain n’est pas la libido, comme l’assène Freud, mais principalement la tentative permanente de surmonter un complexe d’infériorité enraciné dans l’enfance. Voici la thèse d’Alfred Adler (1870-1937), premier président de la Société psychanalytique de Vienne. Les dissensions avec son mentor le contraignent à claquer la porte du mouvement en 1911. Ses théories sont lourdes de conséquences dans le domaine de l’éducation, l’environnement s’avérant primordial pour donner confiance en soi aux enfants en difficulté. Adler s’installera aux Etats-Unis pour devenir l’un des annonciateurs de la psychologie du Moi comme de la psychologie humaniste.

A lire
Alfred Adler. Le Sens de la vie
Catherine Rager. Introduction à la psychologie d’Adler : Infériorité et volonté de puissance